Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 2

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site site d'écluse n° 51 de Tarragnoz (canal du Rhône au Rhin)
localisation Franche-Comté ; Doubs ; Besançon
aire d'étude le canal du Rhône au Rhin
lieu-dit Tarragnoz (îlot)
adresse 2 à 6 Faubourg Tarragnoz
hydrographie Doubs (le)
dénomination site d'écluse
édifice contenant ensemble des ouvrages liés au flottage des bois et à la navigation dans la traversée de Besançon
4
parties étudiées maison ; écluse ; moulin à farine
parties non étudiées chemin de halage ; pont ; barrage ; déversoir de superficie
partie(s) étudiée(s)
époque de construction 2e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle
siècle détail 2e quart 20e siècle
auteur(s) Rance (ingénieur civil) ; Boussard Etienne (entrepreneur) ; Rascol (ingénieur civil) ; Troglia Jacques (entrepreneur) ; Zublin-Perrière (entrepreneur)
historique Attesté dès le 11e siècle, le moulin de Tarragnoz héberge, rive gauche du Doubs, de nombreuses activités : papeterie, martinet, battoir à tan, foule, huilerie, moutarderie, etc. Une écluse y est prévue dans le cadre de la traversée de Besançon par le canal du Rhône au Rhin, soit entre les bâtiments et la route nationale soit entre le barrage et eux. C'est cette dernière solution qui est retenue par le projet de 1826 et l'écluse est bâtie entre 1827 et 1832 par l'entrepreneur Etienne Boussard, de Froidefontaine, sur des plans de l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Rance. Un pont de halage en bois permet de franchir les canaux de prise d'eau du moulin. Aucune maison d'éclusier n'est alors édifiée, l'éclusier étant logé en ville. La maison est toutefois prévue dans le projet de tunnel sous la citadelle de l'ingénieur Rascol, de même que l'agrandissement de l'écluse, portée à 38, 50 m (gabarit Freycinet) , et le remplacement du pont de halage en bois par un pont métallique, faisant appel aux fers de la société des Hauts Fourneaux, Fonderies et Forges de Franche-Comté, établie à Fraisans (Jura). Ces travaux sont achevés par l'entrepreneur Jacques Troglia en 1882, année de la mise en service du tunnel. Le moulin est reconstruit et très modifié au cours du 19e siècle, les travaux s'accompagnant de procès entre service de la Navigation et usiniers, ces derniers empiétant sur le chemin de halage. Une autre source d'opposition réside dans le rehaussement, à plusieurs reprises, du niveau du barrage et dans le fonctionnement de l'usine par éclusée lors de la sécheresse de 1893, autant d'actes qui ont des répercussions immédiates sur le niveau d'eau du bief amont et, de ce fait, sur la navigation. L'incendie de 1870 entraîne une reconstruction quasi complète du site industriel, qui accueille ensuite la fabrique de pièces pour l'horlogerie d'Edmond Robert, la manufacture de montres Geismar et Cie, la fabrique de bois de brosses d'Edmond Ehret et les ateliers de construction mécanique Jules Jacquard et de la société Douge Frères. Devenue propriété des Cies réunies de Gaz et d'Electricité, l'usine héberge la Cie industrielle horlogère et la manufacture de montres-bracelets Luxia, seule attestée en 1959-1960. Elle n'abrite actuellement plus d'industrie. Le pont de halage est refait en béton armé en 1948-1949 par la société des Anciens Etablissements E. Zublin et A. Perrière & Cie (Paris 17e). En 2004-2005, un ponton métallique est construit par Voies navigables de France dans le bief amont (50-51) , qui s'étend en lit de rivière (dans la " boucle " du Doubs) jusqu'à l'écluse Saint-Paul.
description Barrant en biais le cours du Doubs, le barrage est relativement long et s'achève côté rive gauche par un déversoir de superficie. Il s'appuie là sur l'île sur laquelle est édifiée la maison de l'éclusier, séparée par l'écluse (située au point kilométrique 73, 540) de l'usine établie sur la rive. A la sortie du tunnel sous la citadelle, le chemin de halage traverse la gare d'eau sur un pont dont le tablier en béton s'appuie sur la pile maçonnée de l'ouvrage initial, passe entre l'écluse et l'usine, dont il franchit les 2 canaux de fuite sur 2 ponts métalliques, avant de se poursuivre vers l'aval.
gros-oeuvre métal ; pan de métal ; béton ; béton armé
propriété propriété publique ; propriété de l'Etat ; propriété privée
type d'étude enquête thématique régionale (le canal du Rhône au Rhin)
rédacteur(s) Jacquelet Vania ; Poupard Laurent
référence IA25000416
  © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
enquête 2003
date versement 2006/09/18
date mise à jour 2011/05/02
crédits photo Sancey, Yves - © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
 
dossier en ligne
service producteur Conseil régional de Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine
4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.81.65.72.10
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1 2 3 4 5

Requête ((Boussard Etienne) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0