Liste des réponses  Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 4

  Inventaire général du patrimoine culturel
édifice / site site d'écluse n° 49 de la Malate (canal du Rhône au Rhin)
localisation Franche-Comté ; Doubs ; Besançon
aire d'étude le canal du Rhône au Rhin
lieu-dit Malate (la)
adresse 35 chemin de la Malate
hydrographie Doubs (le)
dénomination site d'écluse
édifice contenant ensemble des ouvrages liés au flottage des bois et à la navigation dans la traversée de Besançon
4
parties étudiées barrage
parties non étudiées maison ; écluse ; digue ; chemin de halage ; escalier indépendant ; jardin potager ; carrière ; poste de commande
partie(s) étudiée(s)
époque de construction 2e quart 19e siècle
année 1830
auteur(s) Rance (ingénieur civil) ; Boussard Etienne (entrepreneur) ; Schoendoerffer Paul (ingénieur civil) ; Gaucher Claude (entrepreneur)
historique En 1823, dans son projet pour la traversée de Besançon par le canal du Rhône au Rhin, le chevalier Picot de Moras, ingénieur en chef de la place de Besançon, propose le remplacement du barrage du moulin de Rivotte par un autre à construire à la Malate, en amont de la ville. Ce nouvel ouvrage doit être accompagné par une écluse à sas submersible, de 2, 35 m de chute, et une maison éclusière (agrandie par la suite). Le projet est approuvé le 22 avril 1826 par le ministre de l'Intérieur, Corbière, et les travaux en sont confiés au service des Ponts et Chaussées. Définis par l'ingénieur en chef Rance, ils sont adjugés le 22 décembre 1827 à l'entrepreneur Etienne Boussard, de Froidefontaine. Les ouvrages sont bâtis en 1829 et 1830 avec des pierres provenant des carrières de Chailluz et, pour partie, d'une carrière ouverte juste en amont de la maison de l'éclusier. L'adoption de la loi Freycinet impose un allongement des écluses à 38, 50 m de longueur utile et l'obtention d'un mouillage minimum de 2 m sur les buscs. A la Malate, la topographie impose soit la construction d'une nouvelle écluse précédée d'une dérivation de 290 m (pour un coût de 225 000 F) , soit l'abaissement du radier de l'écluse existante (estimé à 50 000 F environ) ce qui impose de reprendre les bajoyers en sous-oeuvre. Cette opération, préconisée le 18 avril 1882 par l'ingénieur Paul Schoendoerffer, est risquée et doit être précédée d'un essai. Approuvée par le ministère le 11 mai suivant, elle est menée avec succès sur toute la longueur de l'écluse durant le chômage de cette année. Le 28 septembre 1883, Schoendoerffer rend son projet pour l'allongement de l'ouvrage, avec réfection du perré de 20 m la protégeant vers l'aval. Les pierres sont à prendre dans les carrières de la Malate (pierres cassées) , de l'Abbaye-Damparis ou Dole (carrières Javelle, Violet ou Lagé) dans le Jura (pierres de taille) , d'Aveney (moellons épincés et libages) et de la Malcombe (moellons smillés). Validés par la décision ministérielle du 14 février 1884, les travaux sont réalisés en 1887 par l'entrepreneur Claude Gaucher, de Lichères-sur-Yonne (?). Dans le cadre du 3e Plan de Modernisation et d'Equipement (1957-1961) , il est prévu de porter le mouillage du canal à 2, 60 m afin d'obtenir un tirant d'eau (enfoncement) de 2, 20 m : le tonnage transporté par les péniches passerait alors de 280 à 350 t. L'augmentation du mouillage devant être obtenue par un relèvement du plan d'eau de 0, 40 m, l'ingénieur Escoffier demande à tester un système permettant de limiter l'impact de ces travaux sur l'importance des crues. Il fait donc installer en 1959-1960 une vanne clapet dans le barrage, solution qui n'est reprise dans aucun autre barrage du canal. Le mur guide installé en amont date peut-être de cette époque. La manoeuvre de l'écluse est électrifiée en 1964-1965, sous la direction de l'ingénieur Lanchy, par la SARL Ateliers Dagot, d'Arc-lès-Gray (Haute-Saône) , puis est automatisée en 1990.
description L'écluse est édifiée en lit de rivière, rive gauche, au point kilométrique 76, 285. Construite en pierre de taille, elle a été agrandie et rehaussée avec du béton. Elle est précédée par un mur guide en trois sections, associant piliers en béton, supports métalliques et lisses en bois, et se poursuit vers l'aval par un perré maçonné formant digue. Longue de 38, 50 m et large de 5, 20 m (dimensions utiles) , elle est munie de deux portes automatisées, à deux vantaux métalliques équipés de vantelles glissantes (à guillotine). Sa hauteur de chute est de 2, 63 m. Le poste de commande est un édicule en maçonnerie enduite, en rez-de-chaussée, recouvert d'un toit en appentis. La maison de l'éclusier, aux murs de moellon enduit, associe étage de soubassement, desservi par un escalier extérieur droit, rez-de-chaussée surélevé et étage en surcroît, accessible par un escalier dans-oeuvre. Elle est coiffée d'un toit à longs pans. L'extension au sud-ouest, en appentis, a un étage de soubassement en pierre de taille apparente et un rez-de-chaussée. La porte d'entrée est sommée d'une corniche, celle du soubassement (sur la façade arrière) est encadrée par deux baies horizontales étroites. Les toitures sont protégées par des tuiles mécaniques.
élévation élévation à travées
étages étage de soubassement ; en rez-de-chaussée surélevé ; étage en surcroît
escaliers escalier dans-oeuvre ; escalier isolé ; escalier de distribution extérieur ; escalier droit ; en maçonnerie
gros-oeuvre calcaire ; pierre de taille ; moellon ; enduit partiel ; béton ; métal ; bois
couverture (type) toit à longs pans ; pignon couvert ; appentis
couverture (matériau) tuile mécanique
propriété propriété publique
type d'étude enquête thématique régionale (le canal du Rhône au Rhin)
rédacteur(s) Jacquelet Vania ; Poupard Laurent
référence IA25000400
  © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
enquête 2003
date versement 2006/09/18
date mise à jour 2011/05/02
crédits photo Mongreville, Jérôme - © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
 
dossier en ligne
service producteur Conseil régional de Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine
4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.81.65.72.10
 
Protection des droits des auteurs de la base Mérimée, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1 2 3 4 5

Requête ((Boussard Etienne) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0